GR20 Sud-Nord – Jour 9 : Refuge de Ciuttulu di i Mori – Refuge de Tighiettu – Station d’Ascu Stagnu

Neuvième jour de notre périple sur le GR20. Aujourd’hui nous attends le mythique Cirque de la Solitude : E Cascettoni. La nuit a été fraiche et humide et le temps ce matin est très chargé. Pourrons nous passer le terrible cirque aujourd’hui ou bien devrons nous attendre demain ?

GR20 – Refuge de Ciuttulu di i Mori – Refuge de Tighiettu.

Réveil difficile ce matin, le temps chargé n’améliorant pas les choses. Il faut ranger la tente mouillée dans les sacs et il fait encore bien humide et froid. Comme indiqué en préambule,nous devons passer le cirque de la solitude aujourd’hui mais le fait de le passer dans ces conditions ne nous enchante guère. Nous avons toujours une demi journée d’avance sur notre planning et nous décidons donc de voir au refuge de Tighiettu si nous continuons ou pas la journée en fonction du temps.

Le départ se fait tranquillement cette fois-ci puisque le col que nous devons atteindre, Bocca di Foggiale (1962 m), se situe légèrement en contrebas du refuge. Passé ce col, la descente sur la vallée de la Foggiale se fait plus raide et nous devons franchir sur près de 300 m de dénivelé de nombreux rochers et éboulis le long du torrent. Nous sommes bien toujours sur le GR20 :-).

Une fois cette difficulté franchie, le sentier se fait plus roulant à flanc de montagne jusqu’aux bergeries de Ballone (1423 m) qui se situent au pied du ravin de Stranciacone au bord du torrent éponyme. Il est possible de se restaurer et de dormir dans ces bergeries qui possèdent tout l’équipement nécessaire. De nombreuses vasques à proximité permettent également la baignade. Le temps et l’heure n’étant propices ni à la baignade ni à la restauration, nous attaquons la montée vers le refuge de Tighiettu et son architecture particulière sur pilotis que nous commençons à apercevoir.

Nous atteignons enfin le refuge après 4h00 de marche relativement tranquille. Nous décidons d’acheter quelques victuailles à l’épicerie du refuge et d’en profiter de se renseigner sur la météo auprès du gardien. Nous rencontrons également les premiers randonneurs sortis du Cirque de la Solitude. Après une sérénade du gardien à la guitare pour Nathalie, nous prenons ce dont nous avons besoin. Ce coup-ci, le gardien attends que nous calculions nous même la note ! Je lui demande également quelques renseignements sur la variante qui permet d’éviter Asco mais il n’a pas trop l’air motivé pour nous en donner. Comme cela a l’air relativement long de rejoindre Carrozzu directement (une douzaine d’heure apparemment) et que la météo n’est pas encore totalement stabilisée (même s’il y a un mieux) nous décidons de tenter le coup vers Asco. Nous verrons bien comment cela se présente pour le Cirque à Bocca Minuta. Au dire de ceux qui en viennent, cela semble faisable et sec. Par contre il y fait très froid et il y a beaucoup de vent.

Pause pique-nique !

Données Ciuttulu di i Mori – Tighiettu.

Départ : 7h20 – Altitude : 1991 m
Arrivée : 11h10 – Altitude : 1683 m
Temps de marche : 3h50
Pic : 2042 m / D+ : 487 m (300 m/h) / D- : 787 m (360 m/h)
Cumulé GR20 : D+ : 10188 m / D- : 8831 m

GR20 – Refuge de Tighiettu – Station d’Ascu Stagnu

Nous repartons vers midi pour la suite de notre journée. Le GR 20 redevient « typique » et le début de l’ascension vers Bocca Minuta se fait dans de gros blocs de rochers. Nous croisons ceusses qui sortent du cirque. Les retours sur le vécu du passage d’E Cascettoni sont vraiment très différents suivant les personnes. Cela va du « facile » au « très dur ». La fin de l’ascension vers le col se font dans les éboulis, et nous atteignons enfin Bocca Minuta (2218 m). La vue sur le cirque de la solitude est époustouflante. On se demande bien en regardant Bocca Tumasginesca (Col Perdu) situé en face et point de sortie du cirque pour nous, par où peut bien passer le GR.

Le temps s’améliore, les nuages se lèvent par contre il y a un fort vent, nous attaquons donc la descente. La première partie jusqu’à un éperon rocheux se fait dans des éboulis croulants qui doivent être bien crevants à la montée. Nous descendons précautionneusement d’autant plus que la vue sur le vide du cirque incite à faire attention. Nous rejoignons le fameux éperons qu’il faut contourner. Nous croisons un groupe que je fais bien rire en leur demandant si le c’est bien le chemin pour le téléphérique.

La deuxième partie de la descente se fait sur des dalles plus ou moins lisses et humides. L’effet de vide est très impressionnant et même si la première partie dans les dalles n’est pas difficile, le fait de descendre droit vers le vide sans aide extérieure peut impressionner certaines personnes. Nathalie n’est pas du tout à l’aise et je dois commencer à faire preuve de tous mes talents de négociateur, dans les encouragements, hausser ou baisser le ton. Toutes les techniques sont bonnes. Les premières chaînes apparaissent et vont permettre de franchir les dernières difficultés de la descente. Toujours rien de difficile mais c’est de plus en plus raide et impressionnant. Le dernier passage consiste en la descente d’une vieille échelle rouillée que l’on ne peut voir avant de poser le pied dessus. Cette échelle permet de prendre pied au fond de cirque.

Une petite traversée sur un névé et dans les éboulis permet de rejoindre la base de la remontée vers Bocca Tumasginesca. Nous croisons les derniers nordistes au pied de la remontée. Echange mythique avec un jeune au fond du cirque de la solitude : « ça passe le portable en haut du cirque ? ». ……. Autre impression sur la partie que nous allons remonter de la part d’une personne qui vient d’arriver en bas : « ça m’étonne qu’il n’y ait pas plus de morts !! ». Les impressions sont vraiment très variées !! L’avantage que nous avons de passer à cette heure tardive (il doit pas être loin de 16h) c’est que nous n’avons eu à croiser personne dans les passages difficiles ce qui peut poser problème avec certains gros sacs.

La remontée se fait dans les rochers en suivant une grosse faille qui mène jusqu’au col. C’est de l »‘escalade » très facile dans ce sens. Il y a juste l’aspect vide qui peut impressionner ou pas les gens. La partie du bas se fait sans chaînes, la dernière partie qui est beaucoup plus raide se fait avec les chaînes pour sécuriser les passages. Nous arrivons enfin à 16h40 à Bocca Tumasginesca (2183 m) point de sortie d’E Cascettoni. La remontée s’est faite plus rapide l’effet vide se faisant moins sentir dans ce sens pour Nathalie. Nous avons quand même passé près de 2h30 dans le crique. Un fort vent souffle au col et nous ne nous attardons pas pour attaquer la descente vers Ascu Stagnu.

La journée n’est pas encore finie et il va nous falloir encore 2h30 pour descendre les 760 m de dénivelé qui nous séparent de la station. Le vent est toujours très fort durant toute la descente, et la fatigue de la journée commence à se faire sentir. Même les arbres sont décoiffés par le vent !! La dernière heures et vraiment longue pour Nathalie et sa cheville.

Nous arrivons à la station à 19h00 et décidons après cette dure journée de prendre une chambre à l’hôtel. C’est cher mais le fait de pouvoir dormir sur un vrai lit,  de prendre une douche chaude et de pouvoir manger au restaurant ce soir ne nous font pas hésiter très longtemps. Séquence lessive dans la salle de bain et séchage de la tente humide dans la chambre. On se croirait presque au bivouac. Le repas est très bruyant, mais cela ne nous empêchera pas de descendre l’assiette de charcuterie commandée en hors d’oeuvre en moins de temps qu’il nous aura fallu pour la commander. Je crois que nous avons même mangé la salade d’accompagnement avec les doigts. Pas le temps de s’encombrer des couverts 🙂

Nous allons encore une fois nous coucher tôt. Demain encore deux étapes à enchaîner. Encore une grosse journée qui s’annonce ! Nous sommes quand même heureux d’avoir passé les principales difficultés et malgré la cheville douloureuse, nous devrions terminer notre GR 20 dans les temps sans problèmes.

Données Tighiettu – Ascu Stagnu.

Départ : 11h50 – Altitude : 1683 m
Arrivée : 19h00 – Altitude : 1422 m
Temps de marche : 7h10
Pic : 2219 m / D+ : 811 m (300 m/h) / D- : 1082 m (360 m/h)
Cumulé GR20 : D+ : 10999 m / D- : 9913 m

Photos de l’étape.

Cirque de la solitude - E Cascettoni - Bocca Minuta, Capu di a CrucettaRetrouvez les photos du cirque de la solitude ici.

 

2 commentaires Ajoutez le votre

Vous souhaitez réagir ? Laissez un commentaire ici !