Tête de la Mounine et Sommet de Marseilleveyre par le pas de la Demi-Lune et le Vallon de la Mounine

Cher lecteur (j’emploie le singulier même si je sais de source sure que j’ai au moins deux lecteurs), tu es resté sur un suspens insoutenable ! Cela fait des mois et des mois, que tu te demandes s’ils vont enfin réussir à terminer une randonnée.  Sont-ils maudits pour toujours et condamnés à marcher sous la pluie et la neige à tout jamais ? Et bien non fidèle lecteur !!

Car à Marseille il fait toujours beau et si la veille il pleuvait un petit peu (mais nous étions à Aix….) aujourd’hui il fait grand beau ! Bon il y a un peu de Mistral mais on ne vas pas se plaindre hein ?

Ce coup-ci on part sur une valeur sûre : les Calanques de Marseille et le massif de Marseilleveyre. L’idée est de faire une boucle sympa en parcourant le massif qui sert de point d’entrée aux calanques et si possible en passant par quelques pas et sentiers détournés que je n’ai jamais eu l’occasion de parcourir (du moins dans mes souvenirs).

Le parcours.

Notre sortie emprunte les sentiers suivants : le GR98 ou sentier du Président, le sentier rouge ou sentier du Club Alpin, le sentier jaune, le sentier vert, le sentier jaune pointillé, le sentier vert pointillé, l’ancien sentier vert du vallon de la Mounine et le sentier bleu. La partie qui emprunte le haut du vallon de la Mounine n’est plus balisée et semble interdite d’accès (panneau au croisement avec le sentier jaune) depuis l’incendie qui a ravagé les lieu en février 2013.

Le parcours a été préparé avec une ancienne carte IGN (édition 1:15000 de 1993) où ce sentier apparaît et où le vert pointillé débouche au dessus du pas inférieur de la Mounine. Le vert pointillé est désormais « détourné » vers le jaune en contrebas et les traces vertes du vallon sont maintenant effacées (mais quelques fois « visibles »). Vous vous engagez donc à vos risques et périls dans cette zone. La trace GPS est bien sur fournie à titre indicatif et ne saurait engager l’auteur de ce récit (comme d’habitude quoi).

De La Madrague de Montredon aux Goudes par le sentier du Président – GR98.

Départ du parking de la Madrague de Montredon, terminus du bus 19 pour ceux qui voudraient venir en transports en commun. On attaque par le GR98 ou sentier du Président Pellicé qui monte doucement au dessus des calanque de Saména et de L’Escalette puis poursuit tranquillement en fond de vallons en suivant les courbes de niveau. Il fait beau, il fait presque chaud, on reste à l’ombre en ce début de matinée, on a vue sur Marseille et la mer, nous sommes contents.

Nous débouchons rapidement de la petite zone boisée au dessus de l’ancienne batterie de l’Escalette, et arrivons sur la première « difficulté » du parcours : le pas Edgard Garrigue, premier pas d’une longue série sur ce parcours. Celui-ci ne présente aucune difficulté et se franchit très facilement.

Nous continuons sur le GR98 qui passe maintenant au dessus de la calanque des Goudes, son port et son fortin avec en point de mire le Cap Croisette et l’Ile Maire. La végétation se fait maintenant plus rare et typique des calanques : caillasse et buissons. A l’approche du sentier rouge et du vallon de Callelongue, le Rocher des Goudes et le Rocher Saint-Michel commencent à montrer leurs têtes. On comence à deviner le prochain pas à franchir : le pas de la demi-lune.

Des Goudes au vallon St-Michel par le sentier rouge du Club Alpin.

Nous quittons maintenant le GR98 qui redescend sur Callelongue pour suivre la côte et suivons le sentier rouge qui s’élève sous la Pointe Piazza pour rejoindre au fond du vallon St-Michel le sentier menant à la corniche de St-Michel d’EauDouce et le Pas de la Demi-Lune. Nous avons tout le temps de contempler ce pas qui permet de franchir les barres rocheuses entre le Rocher de St-Michel et les Lames des Goudes. Si vu de loin le passage semble peu aisé, je sais pour l’avoir déjà franchi qu’il n’y a aucune difficulté technique et qu’il faut juste faire attention de ne pas glisser. Nous pouvons d’ailleurs voir un groupe de pompiers en train de la franchir en sens inverse.

Nous montons régulièrement et parvenons au fond du vallon ou nous rejoignons le sentier jaune au dessus de l’escalier des Géants (un autre pas des calanques).

Du vallon de St-Michel au Pas de la Demi-Lune par les sentiers jaune, vert et jaune pointillé (corniche de St-Michel d’Eau Douce).

Il faut remonter maintenant le sentier jaune (ça devient un peu plus raide) pour rejoindre le vert, qui mènera ensuite au jaune pointillé (pas facile toutes ces couleurs et variantes pointillées ou non 🙂 !!). On passe sous la grotte de St-Michel d’eau douce (encore un petit pas facile à franchir dont j’ai oublié le nom 🙂 )et le chemin continue à flanc sous la falaise du Rocher de St-Michel

On se rapproche du pas de la Demi-Lune et de la corniche qui en permet l’accès. Celle-ci se fait de plus en plus étroite au fur-et-à-mesure que l’on s’approche de l’ouverture dans le rocher et de plus en plus vertigineuse. Pour ceux qui ne seraient pas à l’aise sur ce type de terrain, des points d’assurage ont été installé et permettent l’utilisation d’une corde pour s’assurer. Ce n’ai pas difficile mais c’est étroit et au dessus d’une barre rocheuse qui interdit toute chute.

Par contre le pas ouvre une perspective magnifique sur le reste du massif des calanques de Callelongue au Cap Canaille, sur les îles qui font face (Île Jare, Île Plane, Île Riou) et sur le fil acéré des Lames et du Rocher des Goudes qui plongent sur l’ancien Sémaphore et la calanque de Callelongue.

Du Pas de la Demi-Lune au Vallon de la Mounine par le sentier vert pointillé.

De l’autre coté du Pas de la Demi-Lune, nous sommes complètements abrités du vent et pouvons profiter de la chaleur en parcourant le sentier vert pointillé qui passe à flanc sous les falaises sud du Rocher St-Michel et sur lesquelles, les grimpeurs s’en donnent à grande joie à l’abri du Mistral. La vue est vraiment magnifique de ce coté là du massif.

Au bout d’un moment le sentier arrive à une bifurcation sans tracé évident indiquant la direction à suivre : vers le haut ou vers le bas ?

C’est en fait à partir d’ici que le sentier a été détourné (cf préambule) et descend vers le vallon de la Mounine. Trouvant une trace un peu plus bas nous prenons cette direction, mais nous aurions du prendre l’autre qui nous aurait menée directement au dessus du pas inférieur de la Mounine.

Arrivés dans le vallon, nous rejoignons le sentier jaune (ou marron… pas sur…. j’ai prévenu que toutes ces couleurs c’est compliqué.) qui remonte quelque peu le vallon de la Mounine puis part en direction du col de la Galinette.

C’est là que nous arrivons au départ de la partie supérieure du vallon de la Mounine. Un panneaux indique clairement qu’il est dangereux de s’y aventurer mais malgré les réticences de ma partenaire, je poursuit la remontée :-).

Tête de la Mounine et Sommet de Marseilleveyre par le vallon de la Mounine et l’ancien sentier vert.

A partir de là, nous empruntons l’ancien sentier vert qui est complètement « déséquipé » : j’entends par là que toutes les traces vertes ont été effacées. Le début de l’ascension est évidente puisqu’il n’y a qu’un sentier et mène rapidement au pas inférieur de la Mounine qui est équipé d’une barre en acier un peu rouillée mais qui semble encore tenir :-). Quelques marches ont également été taillée dans le rocher pour en faciliter l’escalade.

Le passage n’est pas forcément évident pour madame mais ça passe et nous continuons la remontée du vallons. Nous passons un gros cairn qui marque certainement le départ du vert pointillé quitté tout à l’heure puis la végétation se fait plus présente et le sentier moins évident. Il faut vraiment faire très attention pour repérer les anciennes marques de peinture effacées.

On finit par butter sur une petite barre rocheuse. Le pas supérieure de la Mounine est par là mais il n’y a pas d’équipement ni de trace évidente. Je fini par repérer sous les arbres un semblant de flèche dessinée sur le rocher pour indiquer le passage et c’est partit pour la deuxième escalade. Il n’y pas de chaine, ni de câble, ni autre marche métallique ou creusée dans le rocher mais cela se grimpe assez facilement.

Il ne nous reste plus qu’à poursuivre notre notre remontée en essayant de suivre le sentier le plus évident qui mène tout en haut du vallon. Nous arrivons enfin au col entre le sommet de Marseilleveyre et la Tête de la Mounine et prenons la direction de cette dernière pour nous poser et casser la croute avec vue 5 étoiles sur la mer et le massif des calanques.

Après cette petite pause, il ne nous reste plus qu’à rejoindre rapidement le sommet de Marseilleveyre (433 m) et sa croix pour profiter de la superbe vue sur Marseille et sur l’ensemble des calanques.

Du sommet de Marseilleveyre à la Madrague par le sentier bleu.

Nous ne nous attardons pas trop car la journée est déjà bien avancée et que nous avons quitté l’abri du vent. Il ne nous reste plus qu’à redescendre par le sentier bleu vers la Madrague de Montredon. La descente est encore longue et il faut encore franchir deux pas équipés de chaînes et un ou deux autres non équipés mais plus faciles .

Les premier permet de descendre sur le col des Chèvres (non équipé, facile), puis on remonte un deuxième pas (non équipé, facile), puis un troisième équipé d’un câble qui mène au Béouveyre

S’ensuit une longue descente au milieu des barres rocheuse. S’il faut une ou deux fois poser les mains, ce n’est rien de comparable avec les précédents pas. Durant cette descente la vue est toujours aussi belle sur la citée Phocéenne !

Nous finissons par rejoindre le GR98 et la voiture après une bonne journée de rando qui compense le but aixois de la veille !!

Cartes et topos.

Photos.

marseilleveyre-4384Retrouvez d’autres photos de la randonnée ici.

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Mayake dit :
    Jolie balade, jolies vues, joli coin, compte rendu sympa, blog itou, vous avez bouffé coa ?
    1. Un peu de pluie la veille 🙂
      Sinon que des produits naturels 🙂

Vous souhaitez réagir ? Laissez un commentaire ici !