Val Veny : lac du Miage, lac de Combal et refuge Elisabetta Sordini

Après trois jours de mauvais temps sur notre tour du Mont-Blanc, un jour de train pour rentrer aux Houches, une journée passable à regarder les demi-finales de la coupe du monde d’escalade à Chamonix, une petite montée (à pied) au chalet du glacier du Bosson entre deux averses et une virée en voiture (toujours humide) en Suisse au lac de Champex, nous décidons d’aller voir du coté de Courmayeur et du Val Veny où il est annoncé quelques éclaircies après 6 jours de mauvais temps.

Le parcours.

Vous pouvez visualiser le parcours réalisé à cette adresse. La trace GPS est bien sur fournie à titre indicatif et ne saurait engager l’auteur de ce récit. Seul le tracé Aller est représenté. Pour le retour il suffit de faire demi-tour ;-).

Moraine et lac de Miage.

Après un tour dans Courmayeur le matin, nous nous dirigeons vers le fond du Val Veny afin d’aller marcher un peu. Nous garons la voiture un peu après le chalet de Miage là ou la route est coupé par une barrière dans les premiers lacets sous le glacier de Miage. Il faut ensuite continuer à pied, tout d’abord par un sentier qui coupe les deux lacets de la route puis par la route qui se transforme en piste. C’est l’occasion de commencer à apercevoir les Aiguilles de Peuterey qui ont encore la tête dans les nuages. Après 45 minutes de marche, nous atteignons le pont qui traverse le torrent de la Doire au bout du lac Combal qui n’est en fait plus qu’une grande pelouse humide traversée de nombreux torrents.

Nous prenons à droite vers le chalet/bar de Combal qui est fermé (et semble en travaux), afin d’aller voir le lac de Miage. Nous prenons un sentier qui traverse quelques prés et qui se dirige en fait vers la moraine du glacier de Miage. C’est en fait le sentier qui mène aux refuge Gonella (3071 m) et refuge Q. Sella (3396 m) points de départ de nombreux sommets de la face sud du Mont-Blanc (voie normale italienne notamment). Je m’en aperçoit quand nous commençons à monter sur la moraine qui est très raide. Mais comme Nathalie viens d’apercevoir des bêtes (Chamois ??) un peu plus loin je décide de continuer jusqu’en haut de celle-ci.

Une fois arrivé au sommet de celle-ci, il s’avère que les chamois aperçus sont en fait une harde d’une dizaine de jeunes bouquetins et « bouquetines ». Situés à une centaine de mètres de nous, je vais me rapprocher progressivement, pendant qu’eux vont faire de même, pour finalement finir face-à-face avec un jeune bouquetin plutôt curieux qui va rester à une dizaine de mètres de moi pendant un bon moment, ce qui va me permettre de le photographier à loisir. Ça tombe bien car je n’avais qu’un 50mm et l’ultra grand angle, ce qui ne permettait pas de gros plans rapprochés.

Au bout d’une vingtaine de minutes nos bouquetins vont tenter et réussir un contournement par les deux cotés de la crête de la moraine pour poursuivre vers le lac de Miage. Nous décidons donc d’en faire autant en prenant le sentier qui est beaucoup plus facile pour nous, pauvres bipèdes ! Nous redescendons donc de notre moraine et coupons au mieux vers le lac que nous rejoignons rapidement. Nous croisons même quelques bouquetins venus d’ailleurs.

Arrivés au lac revoilà notre harde qui déboule et qui se met à aller « brouter » le sable d’un talus. Probablement en quête de quelques minéraux indispensables ? L’occasion de quelques photos pour les randonneurs/touristes présents en masse autour du lac.

Une fois nos bouquetins repartis, je prends quelques photos du lac et des aiguilles de Peuterey qui ne veulent pas sortir des nuages et nous repartons en direction du chalet de Combal et du pont sur la Doire.

Lac de Combal et refuge Elisabetta Sordini

Nous décidons ensuite d’aller faire un tour sur le sentier du Tour du Mont-Blanc et de rejoindre le refuge Elisabetta Sordini. La piste est plate tout du long du lac de Combal qui fait pas loin de 2km de long mais il y a un fort vent de face qui nous envoie la poussière en plein dans la figure. Une fois la prairie humide franchie, il reste 200 m de dénivelé à gravir pour parvenir au refuge. De là nous pouvons voir le vallon de la Lée Blanche qui mène au col de la Seigne, frontière entre la France et l’Italie. C’est par là que nous aurions dû arriver le lendemain de notre abandon. Le temps est beaucoup plus sympathique cette fois-ci !! De l’autre coté, le refuge est dominé par le magnifique glacier de la Lée Blanche, les aiguilles de Tré-La-Tête et le Petit Mont-Blanc.

Nous ne restons pas longtemps car il ne fait pas très chaud avec le vent qui souffle. Il ne nous reste plus qu’à retourner à la voiture après de nombreuses pauses photo avec une magnifique lumière de fin d’après-midi. De plus les nuages nous laisserons enfin apercevoir le Mont-Blanc et quasiment toutes les aiguilles de Peuterey !

Une bonne petite randonnée qui se termine et qui laisse augurer l’arrivée du beau temps pour au moins quelques jours. Demain nous partons donc randonner à la journée du coté du Montenvers, du Balcon sud et du Plan de l’Aiguille.

Photos.

Lac de MiageRetrouvez d’autres photos de la randonnée ici.

Vous souhaitez réagir ? Laissez un commentaire ici !