Calanques – Tour de la Candelle et ascension du Mont Puget – Oeil de verre – Val Vierge – Cheminée du diable – Sentier Frager

Reprise des récits de randonnées sur le blog. Cette semaine retour sur notre dernière randonnée réalisée dans les calanques au départ de Luminy. Ça faisait un moment que je voulais aller voir les fameux pas de l’oeil de verre et de la cheminée du diable et agrémenter un peu le parcours, j’y ai ajouté le Mont Puget afin de profiter de la vue sur Marseille.  Afin de ne pas revenir sur nos pas, nous allons emprunter un sentier qui n’est plus représenté sur les cartes IGN mais qui existe toujours et qui permet de redescendre entre deux falaises : le sentier Frager.

Le parcours.

Vous pouvez visualiser le parcours réalisé à cette adresse. La trace GPS est bien sur fournie à titre indicatif et ne saurait engager l’auteur de ce récit.

Descente vers la calanque de l’oeil de verre.

Départ « matinal » pour cette semaine de vacances du parking de la fac de Luminy. Nous ne sommes pas les premiers mais presque. Deux Alsaciens se préparent à coté de nous pour une ascension. Probablement l’arrête de la cordée sur la Grande Candelle. Nous partons bon rythme pour la courte montée vers le col de Sugiton. Il y a peu de monde à cette heure et c’est très agréable d’autant qu’il fait encore frais.

Arrivés au col de Sugiton, nous poursuivons notre route par le GR 98 qui suit la piste partant légèrement sur la gauche. La piste se poursuit sans difficultés jusqu’à une barrière à partir de laquelle il faut désormais suivre le sentier rouge qui surplombe la falaise des toits. La vue est magnifique sur les calanques de Sugiton, de Morgiou et sur le cap de Morgiou. Le sentier se fait plus étroit et continue de descendre sous le socle de la Candelle et au dessus de la calanque de la Lèque. Nous recroisons nos deux grimpeur qui sont perdus et cherchent le départ de leur voie. Malheureusement je ne connais pas trop le coin et leur topo n’est pas très explicite.

Nous les quittons pour finir la descente ver la calanque de Saint-Jean de Dieu ou de l’Oeil de Verre. Il faut franchir quelques arbres tombés au milieu du chemin et passer quelques marches glissantes où il faut faire un peu attention de ne pas glisser (la mer est encore un peu basse pour un plongeon) mais rien de bien difficile. Nous voici enfin au fond de la calanque. Nous allons pouvoir attaquer la remontée du « terrible » Val Vierge qui va nous ramener non loin du Mont Puget. 560 m de dénivelé nous attendent !

Remontée du Val Vierge, pas de l’Oeil de Verre et cheminée du Diable.

La montée se fait tout de suite raide et l’accès au pas de l’Oeil de Verre se fait rapidement par quelques ressauts rocheux. Un carton accroché à un arbre annonce la couleur :

Attention danger – Passage dangereux

Nous voici enfin au pied du fameux pas. Celui-ci est bien équipé par des chaînes et des barreaux. Du coup le passage se fait sans difficultés. Il faut néanmoins faire attention car la chute est interdite à cet endroit. Nous pouvons admirer le fameux œil et ses larmes rouge sang incrustés dans le rocher qui surplombe la calanque. Nous voici enfin dans le Val Vierge.

A partir de là, la montée sous les falaises de la Candelle d’un coté et sous la Concave de l’autre se fait de plus en plus raide au milieu des arbres et des rochers. Le soleil a fait son apparition et la chaleur se fait bien sentir. On croise le sentier noir (balisé par deux croix noires) et le sentier vert qu’il ne faut pas suivre sous peine de difficultés plus importantes. Le premier parcourt les contreforts de la Candelle, le second rejoint les corniches Paretti et la calanque du Devenson. Les deux comportent des passages très aériens qu’il vaut mieux franchir avec le matériel adéquat (corde + baudrier). Le fond du val vierge est complètement fermé par une barre rocheuse et on devine difficilement la cheminée qui va nous permettre de la franchir.

On se rapproche de plus en plus du fond du vallon et le sentier qui se rapproche du bord gauche de la barre, ressemble de plus en plus à un escalier. La vue sur la calanque derrière nous est magnifique. Arrive enfin le dernier passage difficile de l’ascension : la cheminée du diable. Le sentier vient butter au fond d’une cheminée qu’il faut escalader par le coté droit pour franchir la barre.  Contrairement au pas de l’oeil de verre, celui-ci n’est pas équipé. Il faut donc faire beaucoup plus attention.

Si la montée balisée par le tracé rouge ne vous inspire guère au départ, n’hésitez pas à suivre la fissure un mètre plus loin. Ce premier pas implique une certaine souplesse et la fissure est moins impressionnante à franchir. Une légère montée sur la droite se présente ensuite (pas de difficultés) puis il faut franchir un autre pas sur la gauche en traversant l’éperon rocheux. Vous pouvez soit suivre la minuscule corniche (pour les petits ?) ou bien redescendre légèrement les pieds (pour les grands ?). Ce n’est pas très dur mais vous êtes pas loin de 5 mètres au dessus du fond de la cheminée donc il faut prendre son temps. Le reste de la cheminée est beaucoup plus facile. Il faut juste ne pas louper la sortie sur la gauche par une dernière grosse marche à franchir (ne pas suivre le sentier qui semble partir à droite et mène vers la falaise).

Ascension du Mont Puget.

Une fois sortis de la cheminée du diable nous rejoignons tranquillement le GR 91 qui va nous ramener vers le col de la Candelle. Il y a moyen de couper directement vers le col mais le chemin est plus clair tel qu’indiqué. Peu avant le col, nous prenons à droite le sentier vert et jaune puis vert qui mène au sommet du Mont Puget (563 m) point culminant des calanques. Si nous étions quasiment seuls au fond du val vierge, ce n’est plus le cas et nous croisons de plus en plus de monde.

Du sommet du Mont Puget nous avons une vue à 360° : les calanques, l’île des embiez, la Sainte-Baume, le massif de l’Étoile, Marseille…. Nous distinguons même au loin les contreforts des alpes enneigés. Nous sommes derrière la Candelle et nous pouvons observer les embouteillages sur l’arrête de la cordée . Nous ne nous arrêtons pas au sommet et continuons vers le point coté 547 m où se trouvait une croix qui a disparu. C’est enfin l’heure de la pause déjeuner !!

Petite pause photos, repas, sieste et nous voilà repartis. Il nous reste à redescendre vers le col de Sugiton et Luminy. Pour cela nous allons emprunter le sentier Frager qui descend au milieu de la falaise sous l’aiguille Guillemin. Ce sentier n’est pas balisé. Pour le rejoindre depuis notre point d’arrêt, il faut se diriger vers la droite vers le sentier bien visible (tracé pointillé sur la carte) . En suivant ce sentier, nous arrivons à une sorte de col entre deux aiguilles balisé par un gros cairn. La descente commence ici. Nous descendons dans un premier temps sur la gauche puis le chemin pars à droite dans un vallon encaissé. Il y a quelques pas à descendre dans les rochers qui se descendent facilement en faisant attention.

Le sentier rejoint finalement le chemin du centaure qui surplombe les falaises au dessus de la fac. Nous prenons la direction du col de Sugiton par cette piste. Il semble que l’on puisse couper directement par un éboulis pour rejoindre la piste en dessous de nous afin d’éviter un détour mais cela ne nous inspire guère. Une fois le col rejoins, nous retrouvons la horde d’étudiants, touristes, locaux, qui profitent du pont de Mai pour aller dans les calanques. Cela tranche radicalement avec le calme du matin ! Nous ne nous attardons pas et récupérons rapidement la voiture car une bière fraiche nous attends à la maison !! Encore une bonne journée de rando.

Compter 6h00 de marche pauses comprises et 700 m de dénivelé positifs (idem en négatif) pour ce tour sympathique qui vous fera visiter des coins reculés des calanques autour de la Grande Candelle et de son Candellon.

Photos.

Le Val Vierge à la sortie de la cheminée Retrouvez d’autres photos de la randonnée ici.

Vous souhaitez réagir ? Laissez un commentaire ici !