Randonnée au cœur des Puys – Acte 1 : Puy Pariou, Petit et Grand Suchet, Traversin et Puy de Dôme

Ayant déménagé depuis quelques mois dans le Puy-de-Dôme, je m’attaque maintenant aux « montagnes » auvergnates. Pour cette randonnée au cœur des Puys, nous attaquons par le centre de la chaîne des Puy et son sommet emblématique : le Puy de Dôme. Afin de ne pas se restreindre à cet unique sommet, nous en avons profité pour faire une boucle et visiter les voisins que sont le Puy Pariou (emblème de la société Volvic), le Petit et le Grand Suchet et le Puy de Dôme.

Le parcours.

Vous pouvez visualiser le parcours réalisé à cette adresse. La trace GPS est bien sur fournie à titre indicatif et ne saurait engager l’auteur de ce récit.

Randonnée au cœur des Puys : tour du Puy de Dôme en passant par le Pariou, le Petit et le Grand Sucher.

Nous partons donc en fin de matinée pour le col de Ceyssat (1077 m) point de départ du sentier des muletiers qui mène directement au sommet du Puy de Dôme. La météo a annoncé un grand soleil, mais pour le moment nous ne voyons qu’un soleil timide (et cela va pas s’arranger durant la journée). De plus il a neigé deux jours auparavant donc il ne fait pas très chaud. Tout va bien nous sommes le 26 mai !

Nous attaquons donc par le sentier qui fait le tour du Puy de Dôme par l’ouest par la forêt de la Vialle et qui rejoins la Cime de la Plaine (1072 m). Cette première partie se fait dans la neige et la boue à flanc de volcan. Les vttistes s’en donnent à cœur joie dans toute cette boue. Il faut quand même faire attention où l’on pose les pieds pour ne pas glisser. A la Cime de la Plaine, la piste rejoint le GR4 dans une zone dégagée qui laisse entrevoir le sommet du Puy de Dôme enneigé.

Nous poursuivons notre progression vers le Nord en suivant le GR4. L’objectif est de contourner le Grand Suchet, de passer entre le Puy de Côme et le Cliersou, pour passer derrière le Puy Pariou afin de rejoindre son sommet par le sentier nord (le Puy Pariou peut se « grimper » par le nord ou par le sud). Nous suivons donc le GR4 dans la forêt, toujours dans la boue mais sans neige jusqu’à Chabanne Vielle où nous le quittons pour prendre la piste qui passe entre Puy de Fraisse et Puy Pariou et qui rejoins le col des Goules. Au col entre les deux puys (1042 m), nous bifurquons sur la droite sur le sentier qui monte au sommet du Puy Pariou.

Si jusqu’à maintenant le profil était plutôt descendant, le parcours se fait plus raide à partir de là, notamment sur la partie finale où l’avancée est ralentie par la pente mais surtout par la gadoue. Le sommet du Pariou (1209 m) et son cratère typique se dévoilent enfin.

Petite pause pic-nique sur le bord du cratère face au Puy de Dôme, séance de « bronzage »/sieste sous les nuages emmitouflés dans la veste et nous décidons de repartir car il ne fait pas bien chaud. La descente se fait par le sentier sud et ses escaliers en bois chargés de limiter l’érosion des flancs du volcan. Nous croisons au bas de l’escalier un gars qui randonne avec son Ipad. C’est beau la technologie !! Nous tirons ensuite tout droit vers le sommet du Petit Suchet (1198 m). De là nous pouvons admirer le Puy de Dôme (il est toujours là 🙂 ) et le massif du Sancy au loin qui est encore bien enneigé.

Petite descente et nous attaquons la montée vers le Grand Suchet (1231 m) d’où nous pourrons admirer le Puy de Côme (1253 m) et son double cratère, le Cliersou (1199 m) et ses grottes ainsi que tous les Puy situés plus au nord. Les derniers mètres se font sur un névé. Retour vers le col entre les deux Suchet et nous tirons directement vers le Traversin pour rejoindre le pied du Puy de Dôme et le sentier des chèvres (GR4) qui en permet l’ascension coté nord. Avant de parvenir au sommet il nous faut passer par le Nid de la Poule (1175 m) et sous le Petit Puy de Dôme (1265 m). Nous contournons le nid par la gauche au lieu de suivre le chemin classique par la droite.

Nous rejoignons ensuite le sentier des chèvres. Là encore il a été ré-aménagé avec des escaliers en bois pour limiter l’érosion. Il faut franchir de nombreuses marches avant de rejoindre l’ancienne route goudronnée qui mène au sommet. Ça tire sur les cuisses et les fessiers ! Au bout des escaliers, le sommet se fait proche. Nous profitons d’une petite pause pour sympathiser avec deux belges qui sont partis depuis Volvic et qui rejoignent leurs amis au gite de Laschamp (eux ont pris la voiture) soit environ 25 km de marche. Nous laissons passer le Panoramique des Dômes (on s’est fait avoir, on pouvait monter en train !!) et nous rejoignons la gare d’arrivée de celui-ci juste sous le sommet du Puy de Dôme (1415 m) et son antenne.

Nous gravissons le derniers mètres pour faire le tour de celui-ci en passant devant l’ancien temple de Mercure en cours de rénovation. Petite boucle panoramique au sommet (il y a beaucoup de vent et il fait toujours aussi frais), histoire de regarder les parapentes s’amuser et nous retournons sur la zone « touristique ».

Il ne nous reste plus qu’à redescendre par le sentier des muletiers vers le col de Ceyssat. Plus de boue depuis un moment mais une descente bien raide sur une piste gravillonneuse. La descente va se faire relativement vite et nous pouvons enfin regagner la voiture. Au final, une bonne petite journée de rando pas trop difficile pour entretenir les jambes au retour des calanques de Marseille et leur sentier vert sous le soleil aride de méditerranée.

Les Photos.

Puy de Dôme vu du Grand Suchet, Massif du Mont-DoreRetrouvez l’ensemble des photos de cette randonnée.